château angers duc d'anjou

Et si vous visitiez l’étonnant château d’Angers ?

Saviez-vous que le château d’Angers est situé à seulement 15 minutes à pied de notre restaurant ? C’est l’occasion de découvrir cette forteresse royale imprenable.

Un joyau magnifique dans un écrin de verdure

Pourquoi en profiter pour aller visiter le château d’Angers avant ou après un bon repas à La Belle Équipe ? Parce que la forteresse d’Angers, édifiée par Saint Louis au 13ème siècle était alors la plus puissante du royaume !

Ne vous laisser pas impressionner par cette vaste forteresse médiévale ponctuée de 17 tours. Franchissez le pont levis et découvrez l’agréable résidence des ducs d’Anjou.

Si vous vous promenez en haut des remparts, vous pourrez profiter d’un panorama grandiose sur la ville d’Angers. C’est aussi l’occasion de découvrir des plantes médiévales dans les jardins suspendus. Les espaces verts sont entretenus dans la tradition des jardins classiques. Vous pourrez observer pendant votre visite des jardins, les buis taillés de main de maître.

À la belle saison, on peut y sentir des parfums de la roseraie située au pied de la galerie de l’Apocalypse.

Une oeuvre majeure de l’art médiéval

Le château d’Angers, surnommé le Château des Ducs d’Anjou préserve avec soin la plus ancienne et la plus longue tapisserie médiévale du monde : la Tenture de l’Apocalypse. C’est un véritable trésor qui a défié les siècles. Cette série de tapisseries longue de 104 mètres nous raconte l’Apocalypse selon Saint-Jean.

Un site archéologique

Le site sur lequel règne aujourd’hui le château d’Angers est occupé depuis la nuit des temps. Les vestiges archéologiques et romains, mis au jour par les fouilles, sont des témoignages exceptionnels de la longue période d’occupation du promontoire.

Grâces à la découverte d’une sépulture du Néolithique, les archéologues ont pu retrouver des traces de présence humaine datant d’environ 4000 ans avant Jésus Christ. De quoi transmettre une formidable impression de puissance et d’histoire !

Une visite à ne pas manquer si vous êtes en Anjou.

trinquer

Histoires de trinquettes.

Je trinque, tu trinques, il trinque…tout le monde le fait…selon ses coutumes. Si l’action de trinquer désigne le fait d’entrechoquer son verre avec une personne avec qui on va célébrer un moment, les coutumes diffèrent selon les régions et pays. Le terme nous vient d’Allemagne où « trinken » veut dire « boire ». L’action, elle, remonte au Moyen-âge où les Grecs et les Romains avaient l’habitude de boire à la santé des Dieux. Le fait de trinquer revêt une aussi une valeur sociale…symboliquement, celui qui refuse de trinquer, refuse le partage avec l’autre. Voyageons un peu pour voir pourquoi et comment s’exprime cette tradition pratiquée un peu partout dans le monde !

Trinquer en se regardant dans les yeux.

Une certaine constante revient dans différentes contrées du monde : celle de trinquer en se regardant dans les yeux. Cela remonterait encore au Moyen-âge où il était coutumier d’empoisonner les gens. Ainsi, on choquait les chopines de manière à ce que les breuvages se mélangent et on se regardait droit dans les yeux afin de tester la bonne foi de chacun. Tout signe de stress permettait de déceler un éventuel empoisonneur ! Cette tradition se perpétue en Allemagne et aux Pays-bas, où l’on prononce un « Prost » qui signifie « que cela puisse être utile ». Notre « Tchin-tchin » national, lui viendrait de Chine où les soldats français auraient importé l’expression « Tsing tsing » qui signifie « salut » en cantonais.  En Estonie, on dit « Terviseks » qui signifie « Santé », l’expression est suivie d’un « Seuls les cochons commencent à manger sans boire un shot de vodka »

Les expressions les plus exotiques pour trinquer !

Les consonances hongroises et asiatiques le sont pour le moins ! En Hongrie, les verres ne s’entrechoquent pas et on prononce « Egészségedre” en guise de bonne santé. Au Vietnam, on dit “Chúc suc khoe” et “tram phan tram”. Cela sert à souhaiter la santé à ses convives, la seconde signifie littéralement « 100 % », on le dit généralement avant de boire un shot cul sec. Finalement, au Japon, on nourrit l’idée suivante : « servir la bière à tes voisins tu feras, jamais à toi-même tu serviras ». Et on dit « Kampai » qui signifie que votre erre est vide. Soyez vigilant de ne pas prononcer un « tchin-tchin » français qui veut dire “zizi” en japonnais !

Rendez-vous à La Belle Équipe, pour une bonne trinquette à la française!

 

 

 

leo. sem, tristique Curabitur ut et, Donec dolor. suscipit ut